Qu’est ce que la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer est la forme la plus commune de démence (entre 50 et 80 % des cas). Décrite pour la première fois par le Dr. Aloïs Alzheimer en 1906, cette maladie est caractérisée par une destruction progressive et irréversible des cellules nerveuses (neurones) localisées dans deux zones spécifiques du cerveau : l’hippocampe et le cortex associatif.

Quels sont les symptômes de la maladie d’Alzheimer ?

Le processus de dégénérescence et de destruction des neurones qui en résulte conduisent dans un premier temps à des troubles de la mémoire puis de la personnalité, du langage et du comportement jusqu’à la perte totale d’autonomie et la démence. Les symptômes apparaissent généralement lentement et s’aggravent au fil du temps.

Quelle est l’espérance de vie ?

La maladie d’Alzheimer est la quatrième cause de décès chez l’adulte en France. Elle touche aussi bien les hommes que les femmes. La majorité des patients est âgée de plus de 65 ans. Cependant, l‘âge des patients peut descendre à 50 voire 40 ans dans les cas familiaux (héréditaires).

En moyenne, le décès survient huit à douze ans après le début des symptômes. Cette espérance de vie varie beaucoup en fonction de l’âge d’apparition des premiers symptômes. Les pathologies débutant à 65 ans progressent deux fois plus lentement que celles qui apparaissent après 70 ans (https://eurekasante.vidal.fr/maladies/systeme-nerveux/maladie-alzheimer.html?pb=evolution-formes).

Comment est diagnostiquée la maladie d’Alzheimer ?

La détection précoce de la maladie s’appuie sur des tests neuropsychologiques capables de mettre à jour les premiers troubles de la mémoire.

  • L’imagerie par Résonance Magnétique (IRM) permet de mesurer la diminution de volume (atrophie) de certaines parties du cerveau, comme le lobe temporal médian, l’hippocampe et l’amygdale.
  • La Tomographie par Émission de Positons (TEP) permet de repérer la réduction du métabolisme neuronal observée dans la maladie d’Alzheimer et pour analyser les lésions cérébrales appelées plaques amyloïdes.
  • L’analyse du Liquide Céphalo-Rachidien (LCR) peut être proposée chez les personnes dont le diagnostic est incertain ou atypique, notamment chez les patients jeunes. Elle permet de mesurer les quantités de protéines produites par la maladie (Aβ42, Tau hyperphosphorylée et Tau totale).

Ces examens permet de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer à un stade précoce et d’appliquer au plus tôt les traitements et les conseils de prévention.

Quels sont les facteurs de risque ?

L’âge est le principal facteur de risque de la maladie d’Alzheimer : elle touche 2% des personnes âgées de 65 ans mais 15 % après 80 ans (https://alzheimer-recherche.org/la-maladie-alzheimer/quest-maladie-dalzheimer/facteurs-de-risques/).

D’autres facteurs de risque ont été identifiés ou sont en cours d’évaluation, notamment :

  • Le niveau d’instruction
  • L’hypertension artérielle, et les accidents vasculaires cérébraux
  • L’hypercholestérolémie, le diabète, le surpoids et l’obésité
  • La consommation de tabac et d’alcool
  • La pollution
  • Les troubles du sommeil
  • Les antécédents de traumatismes crâniens
  • Le stress chronique et la dépression
  • La sédentarité

A l’inverse, une pratique sportive régulière, notamment de l’aérobic ou l’apport de certains éléments nutritionnels (riches en substances antioxydantes) pourraient avoir un effet protecteur.

Comment la maladie d’Alzheimer est-elle prise en charge ?

À l’heure actuelle, la maladie d’Alzheimer ne se guérit pas, mais on peut ralentir sa progression et améliorer la qualité de vie des malades et de leur entourage.

Cette prise en charge associe hygiène de vie, activités, médicaments et action médico-sociale (accueil ponctuel, hébergement permanent…).

Chaque cas est unique et doit être pris en charge de façon personnalisée.

Il est d’abord essentiel de conserver un maximum d’activités intellectuelles et physiques, ainsi qu’une vie sociale active.

  • Au niveau pharmaceutique, quatre familles de traitement sont sont couramment prescrites. Trois traitements visent notamment à augmenter la disponibilité cérébrale d’acétylcholine, un neurotransmetteur qui facilite la communication entre les neurones : le donépézil (Aricept), la rivastigmine (Exelon) et la galantamine (Reminyl)
  • La mémantine (Ebixa) bloque un récepteur au glutamate, une molécule qui endommage les neurones et agit plutôt sur la composante “Tau” de la maladie

 

Pour en savoir plus

France Alzheimer

France Alzheimer est la seule association nationale de familles reconnue d’utilité publique dans le domaine de la maladie d’Alzheimer et des maladies apparentées.
www.francealzheimer.org

Fondation Alzheimer

La Fondation Alzheimer (anciennement Fondation Plan Alzheimer) est une fondation de coopération scientifique créée en 2008 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans le cadre du Plan national Alzheimer 2008-2012. Elle est reconnue d’utilité publique.
www.fondation-alzheimer.org

Fondation pour la Recherche sur Alzheimer

Fondation reconnue d’utilité publique.
www.alzheimer-recherche.org